Made in France : un choix éthique

L’économie d’aujourd’hui n’a pas de frontières, on commerce aussi facilement que l’on communique d’un bout à l’autre du monde, et parfois même plus efficacement encore. Il faut dire que les circuits de distribution se sont largement étendus depuis la fin de la Guerre Froide, permettant aux entreprises situées sur les cinq continents de faire des affaires les unes avec les autres sans discrimination, à partir du moment où chacune respecte les règles en vigueur. Il n’est pas donc pas rare aujourd’hui pour un consommateur français de s’acheter, par le biais d’une boutique en ligne américaine, des produits qui ont été fabriqués en Chine, par exemple.

Pourquoi vouloir acheter français ?

Si l’on est capable de faire ce genre d’achats très confortablement et d’être livré très vite, on satisfait l’un de ses besoins, certes, mais on n’agit pas forcément dans le sens du dynamisme économique de notre pays. Or c’est pourtant en achetant un produit français que l’on ferait quelque chose de bon pour tous nos compatriotes. D’abord quand on fait confiance au made in France, on permet à des personnes de conserver leur emploi : celles qui conçoivent le produit comme celles qui le fabriquent et celles qui le transportent. De ce fait plusieurs entreprises fonctionnent, se facturent les unes aux autres et tout cela génère de l’argent, qui est profitable à tout le monde.

Les français ont leur mot à dire

Or ce qui est vrai pour la mode, pour laquelle notre pays est renommé dans le monde entier, l’est aussi pour le mobilier comme pour les industries automobile et aéronautique, sans oublier le secteur agricole. Dans tous ces domaines d’activités, les entreprises françaises ont prouvé au fil des générations qu’elles avaient des savoir-faire hors du commun. La France est un pays très touristique, qui attire pour la diversité de ses paysages et ses monuments historiques de nombreux visiteurs chaque année. Il faudrait donc idéalement en profiter pour leur montrer tout ce qui peut faire notre fierté par ailleurs.

Laisser un commentaire